laborieux


laborieux

laborieux, ieuse [ labɔrjø, jøz ] adj.
• v. 1200 « pénible »; lat. laboriosus, de labor labeur
1Vieilli ou littér. Qui coûte beaucoup de peine, de travail. difficile, fatigant, pénible. Une laborieuse entreprise. Des recherches, des solutions laborieuses.
Qui sent l'effort. Récit, style laborieux. embarrassé, lourd.
Fam. Il n'a pas encore terminé ? C'est laborieux ! c'est trop long.
2(v. 1370) (Personnes) Qui travaille beaucoup. actif, diligent, travailleur. « Un professeur avisé, laborieux » (Green). Loc. cour. Les masses, les classes laborieuses, qui n'ont pour vivre que leur travail. ⇒ travailleur. Par ext. Vie laborieuse : vie de travail.
⊗ CONTR. Aisé, facile. Inactif, oisif, paresseux.

laborieux, laborieuse adjectif et nom (latin laboriosus) Littéraire. Qui travaille beaucoup, assidûment. ● laborieux, laborieuse (synonymes) adjectif et nom (latin laboriosus) Littéraire. Qui travaille beaucoup, assidÛment.
Synonymes :
- appliqué
- bûcheur (familier)
- piocheur (familier)
- polard (populaire)
Contraires :
- cossard (familier)
- fainéant
- flemmard (familier)
laborieux, laborieuse adjectif Littéraire. Qui est consacré au travail : Une vie laborieuse. Qui coûte beaucoup de travail, d'efforts : Une recherche laborieuse. Qui se fait difficilement : Digestion laborieuse. Qui manque de vivacité : Style laborieux.laborieux, laborieuse (expressions) adjectif Classes laborieuses, celles qui n'ont pour vivre que leur travail d'ouvriers. ● laborieux, laborieuse (synonymes) adjectif Littéraire. Qui est consacré au travail
Synonymes :
Contraires :
Qui coÛte beaucoup de travail, d'efforts
Synonymes :
- dur
- pénible
Contraires :
- aisé
Qui manque de vivacité
Synonymes :
- épais
Contraires :
- vif

laborieux, euse
adj.
d1./d (Personnes) Qui travaille beaucoup, qui aime le travail.
d2./d (Choses) Qui coûte beaucoup de travail, de fatigue, d'efforts. Entreprise laborieuse.
Péjor. Qui sent l'effort. Un style laborieux.

⇒LABORIEUX, -EUSE, adj.
A. — [En parlant de pers.]
1. Qui vit de son travail. Anton. oisif. Ce véritable Peuple, le Peuple laborieux, le Peuple ouvrier / . / y est maltraité! muselé! affamé! ruiné par le Peuple d'agioteurs et de fripons (BABEUF, Le Tribun du peuple, 30 mars 1796, n° 41, p. 294 ds QUEM. DDL t. 11, s.v. peuple ouvrier). L'esclavage de la population laborieuse (COMTE, Catéch. posit., 1852, p. 343) :
1. Le tiers de l'Allemagne laborieuse était en 1933 au chômage. La société bourgeoise était alors obligée de faire vivre ses chômeurs, réalisant ainsi la condition exigée par Marx pour la révolution.
CAMUS, Homme rév., 1951, p. 264.
Classe(s), masse(s) laborieuse(s). La religion est plus nécessaire aux classes laborieuses de la société, qu'aux classes oisives et opulentes (CONSTANT, Princ. pol., 1815, p. 137). En 1869-1872, « classe laborieuse » est un substitut usuel de « classe ouvrière », d'« ouvriers » ou de « peuple ». On la rencontre aussi bien chez un parlementaire de droite comme A. de Forcade (...) que dans le Journal officiel de la Commune (DUB. Pol. 1962, p. 17).
Emploi subst. La table des lois passe au juste, Et la terre aux laborieux (SULLY PRUDH., Justice, 1878, p. 155). Ainsi disparaît l'angoisse (...) que la maladie, l'accident, la vieillesse, le chômage, faisaient peser sur les laborieux (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 97).
2. Qui fait preuve d'assiduité, de courage dans le travail, qui sait travailler durement. Synon. travailleur; anton. paresseux. Élève, ouvrier, peuple laborieux; fourmi laborieuse; actif, honnête, sobre, vertueux et laborieux. Une femme comme il en faut une, sage, saine, laborieuse et entendue (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 1, 1801, p. 274) :
2. ... le jeune vétérinaire avait d'autres séductions plus solides; il était laborieux, économe, rangé, bon catholique, il faisait merveille aux enterrements, et dans la ville, tout le monde était d'accord qu'il avait l'air vraiment convenable.
AYMÉ, Jument, 1933, p. 28.
[P. méton. du déterminé] Bras laborieux; main laborieuse. Les travaux assidus et secrets convenaient à son esprit laborieux et timide (FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 41). Tête penchée comme sous un poids, cheveux rares sous un front laborieux, grandes rides (BOURGET, Actes suivent, 1926, p. 7).
Emploi subst. Que de fois on nous dit, à nous socialistes : « Vous voulez donc par votre système d'égalité traiter de même le paresseux et le laborieux?... » (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p. 191). Jamais ce grand laborieux n'avait pris une note, n'avait écrit le canevas d'un discours (MARTIN DU G., Thib., Belle sais., 1923, p. 905).
En partic., péj. [En parlant d'artistes, d'intellectuels] Qui manque d'invention, de spontanéité, de simplicité dans son œuvre par suite d'un travail excessif ou trop minutieux. En prose, il était un prosateur difficile, laborieux, sans ampleur, sans flots (GONCOURT, Journal, 1891, p. 84). Ils sont pesants, difficiles, laborieux, précieux [les auteurs de la NRF] (LÉAUTAUD, Journal littér., 4, 1922-24, p. 124).
B. — [En parlant d'inanimés]
1. a) [En parlant d'un espace de temps] Consacré au travail. Journée, vie laborieuse. J'ai pris le pli d'une existence régulière, laborieuse, et je m'en trouve très bien (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 91). Il y travaillait beaucoup dans une maison; il passait là de laborieuses vacances, dans la tranquillité (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 133).
b) Qui dénote le travail, le labeur. Au milieu [de la table], s'élevait la cruche pansue des intérieurs laborieux et pauvres de Chardin (E. DE GONCOURT, Élisa, 1877, p. 234). Le léger craquement des coquilles de noix, que cassaient sagement, derrière leurs vitres, des commères (...), emplissait le quartier d'une rumeur laborieuse (CARCO, Voix basse, 1938, p. 14).
c) Rare. Relatif au travail. La mentalité communiste est essentiellement de travail et de production : le réflexe de l'homme marxiste est un réflexe laborieux (LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 34).
2. a) Qui demande beaucoup d'efforts, de peine et se fait avec lenteur. Synon. difficile, dur, pénible. Accouchement, effort laborieux; digestion, recherche laborieuse. Dix jours d'une navigation bien laborieuse, au milieu des brumes (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 7). N'avoir pas reculé dès le premier jour devant la laborieuse mission de l'écrivain, c'est s'être imposé la loi de ne reculer jamais (HUGO, Rhin, 1842, p. 2) :
3. Le travail est laborieux. Le sol est en pente et la voiture, dès qu'on cesse de s'arc-bouter contre elle et de se cramponner aux roues, recule. Les hommes sombres se pressent sur elle en grinçant et grondant, comme sur un monstre, au sein des ténèbres.
BARBUSSE, Feu, 1916, p. 108.
[P. méton. du déterminé] Considérablement lu, fait cinq parties de boules, deviné cinq laborieux anagrammes (de 10 et 12 lettres) (AMIEL, Journal, 1866, p. 479).
[En parlant d'une situation] Qui demande des efforts, qui est désagréable et pénible. La nuit avait été laborieuse; la petite scène jouée par Virginie avait causé un cauchemar à mademoiselle Bellavoine (KOCK, Pucelle, 1834, p. 239). Cette association laborieuse, hypocrite, que notre ménage tendait à devenir (LACRETELLE, Am. nupt., 1929, p. 98) :
4. Les départs étaient laborieux chez moi; mon père, qui ne voyageait que pour les enterrements, m'avait légué sa peur des salles d'attente...
GIRAUDOUX, Simon, 1926, p. 36.
b) Péj. Dans lequel on sent l'effort, la recherche, qui manque d'invention, de spontanéité, de simplicité. Synon. compliqué, embarrassé, lourd.
[En parlant d'œuvres artistiques, intellectuelles] Style laborieux; finesse, subtilité laborieuse. Delacroix a un travail bête, bête! oui, bête : sans esprit, sans accent, lourdement laborieux (GONCOURT, Journal, 1891, p. 55). Ses articles laborieux, abondants, emphatiques; ses discours sont au contraire sobres (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 143) :
5. ... il est tenté (...), supprimant son commentaire, de laisser le lecteur jouir du texte vivant. Cela ne vaudrait-il pas mieux que de s'évertuer à en enfermer l'âme, sans être bien sûr de la tenir, dans des formules laborieuses et tâtonnantes?
LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 45.
[En parlant d'un objet concr.] Sa sœur, toujours en bleu, et sa mère, toujours en mauve, gardaient leurs toilettes voyantes et laborieuses, remaniées à chaque saison (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 228). Elle [une lettre] portait la signature laborieuse de Larminat et ne contenait que quelques lignes d'un style d'ailleurs obscur (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 265).
P. anal. [En parlant d'un comportement] Il virait sur un talon avec une violence qui chaque fois démentait sa laborieuse bonhomie (COLETTE, Duo, 1934, p. 173). Il crut bon de s'en tenir pour le moment aux douceurs d'une affection délicate. Et sous ses paroles laborieuses, elle reprit un peu de sang-froid (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1939, p. 200).
Prononc. et Orth. : [], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 « consacré au travail » (Ep. de S. Bern. a Mont Deu, ms. Verdun 92 [72], f° 71 r° : vie active et laboriose); 2. 1393 « qui se donne au travail; diligent » (Ménagier, I, 14 ds T.-L.). B. 1. ca 1370 « pénible, difficile à supporter » (Trad. Ovide Remedia amoris, 280, ibid.); 2. 1370-72 « qui demande de la peine » (N. ORESME, Ethiques, éd. A.D. Menut, p. 521 : operacions labourieuses et penibles). Empr. au lat. laboriosus « qui demande du travail, de la peine; pénible; qui se donne au travail, laborieux »; l'a.fr. connaît aussi l'adj. laboros (1er quart XIIIe s. ds T.-L.), dér. de labor, labeur avec suff. -eux. Fréq. abs. littér. : 1 063. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 789, b) 1 690; XXe s. : a) 1 526, b) 1 169. Bbg. DUB. Pol. 1962, p. 329. - QUEM. DDL t. 20. - VARDAR Soc. pol. 1973 [1970], p. 257.

laborieux, euse [labɔʀjø, øz] adj.
ÉTYM. V. 1200, « consacré au travail »; lat. laboriosus « qui demande du travail », de labor. → Labeur.
1 (1370). Vieilli ou littér. (l'épithète peut être antéposée). Qui coûte beaucoup de peine, de travail, d'efforts, de fatigue. Difficile, fatigant, pénible. || Une entreprise laborieuse. || Des recherches, des solutions laborieuses. || Assimilation (cit. 8) lente et laborieuse. || Accouchement (→ Forceps, cit.), enfantement laborieux (→ Enfantement, cit. 4, fig.).
1 Rien de plus laborieux que le passage d'une conception abstraite à une œuvre effective.
Littré, Dict., Préface (→ Exécution, cit. 12).
2 Mon intention était d'entrer au château, comme à l'ordinaire; mais un accouchement très laborieux d'une femme de la campagne m'avait retenu fort tard (…)
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Le bonheur dans le crime ».
3 Seulement l'attitude de la Prusse détruisait ce laborieux échafaudage que l'Empereur construisait, à Paris, en vue d'une paix générale.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Vers l'Empire d'Occident, XIII.
4 L'odeur du laboratoire le ranima. Il était alors aux prises avec une analyse laborieuse dont les péripéties le passionnaient fort.
G. Duhamel, Salavin, III, XXVI.
2 (1393). En parlant des personnes. Qui travaille beaucoup. Actif, diligent, travailleur. || Les hommes économes et laborieux (→ Inégalité, cit. 6). || Un artisan laborieux. || Érudit (cit. 6) laborieux; poète exact et laborieux (→ Facile, cit. 12). || Patient et laborieux (→ Burineur, cit.). || Une génération laborieuse et tenace (→ Économe, cit. 4). || Ville laborieuse (→ Faubourg, cit. 2; généraliser, cit. 9).Par ext. || Vie laborieuse : vie de travail (→ Engendrer, cit. 5; évangile, cit. 3; faire, cit. 129).
5 C'est que, pas plus que ce n'est le désir de devenir célèbre, mais l'habitude d'être laborieux, qui nous permet de produire une œuvre (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. V, p. 63.
6 Quatre ou cinq mois d'un travail assidu (…) sous la direction d'un professeur avisé, laborieux (…)
J. Green, Léviathan, I, V.
Loc. cour. Les masses, les classes laborieuses, qui n'ont pour vivre que leur travail. Travailleur (→ Fraternité, cit. 10).
3 Mod. Péj. Dans lequel on sent l'effort. Lourd. || Un style laborieux. || Des déclarations laborieuses et embarrassées.
CONTR. Aisé, facile. — Fainéant, inactif, oisif, paresseux.
DÉR. Laborieusement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • laborieux — laborieux, euse (la bo ri eû, eû z ) adj. 1°   Qui se livre au travail. •   Durant le temps de ses études, il se faisait admirer de ses compagnons ; il surpassait de bien loin ceux qui étaient laborieux, par son travail, ceux qui étaient… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • laborieux — Laborieux, [labori]euse. adj. Qui est de grand travail. Un homme fort laborieux. un esprit laborieux. Il signifie aussi, Penible, qui se fait avec beaucoup de peine & de travail. On luy a donné un employ fort laborieux. une entreprise laborieuse …   Dictionnaire de l'Académie française

  • laborieux — Laborieux, Laboriosus, Industrius …   Thresor de la langue françoyse

  • LABORIEUX — EUSE. adj. Qui travaille beaucoup, qui aime le travail. Un homme très laborieux. Un esprit laborieux.   Il se dit aussi Des choses, et alors il signifie, Pénible, qui coûte beaucoup de travail, de fatigues, d efforts. Vie laborieuse. Longues et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • laborieux — IEUSE, adj., qui travaille beaucoup => Travailleur. A1) qui coûte beaucoup de peine => Compliqué, Pénible …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • LABORIEUX, EUSE — adj. Qui travaille beaucoup, qui aime le travail. Un homme très laborieux. Un esprit laborieux. Les classes laborieuses, Les ouvriers manuels. Il se dit aussi des Choses, et alors il signifie Qui est pénible, qui oblige à beaucoup de travail, de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Pierre le Laborieux — Pierre le laboureur Page extraite d un Psautier du XIVe siècle, avec des drolleries sur la marge de droite et un laboureur en bas Piers Plowman (en français, Pierre le Laborieux ou le Laboureur) ou Visio Willelmi de Petro Ploughman (La Vision de… …   Wikipédia en Français

  • laborieuse — ● laborieux, laborieuse adjectif et nom (latin laboriosus) Littéraire. Qui travaille beaucoup, assidûment. ● laborieux, laborieuse (synonymes) adjectif et nom (latin laboriosus) Littéraire. Qui travaille beaucoup, assidÛment. Synonymes : appliqué …   Encyclopédie Universelle

  • Hautain (vigne) — Le renard et les raisins, par Milo Winter (1919) Ésope, fable 39 La Fontaine, Livre III, fable 11 …   Wikipédia en Français

  • Hautain — Le renard et les raisins, par Milo Winter (1919) Ésope, fable 39 La Fontaine, Livre III, fable 11 Fables d Ésope et de La Fontaine  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.